Aller à la navigation Aller au contenu principal
À propos

Notre bateau

Energy Observer est au départ le nom d'un bateau, autonome en énergie, zéro émissions, zéro particules fines, zéro bruits, symbole de notre prise de conscience et de nos ambitions au service de la transition écologique.

Energy Observer sur la mer

"Nous l’avons conçu pour prouver qu’une énergie entièrement décarbonée, décentralisée et digitalisée est possible, qu’un tel cercle vertueux est réalisable. Ses technologies embarquées, combinant de multiples sources - solaire, éolien, hydrolien - et formes de stockage, batteries et surtout hydrogène, préfigurent les réseaux énergétiques intelligents (smart grid) de demain, reproductibles à grande échelle, partout et pour tous."

Vues du bateau

  • 1/5

  • Energy Observer au Svalbard

    2/5

    Energy Observer au Svalbard

  • Energy Observer has arrived in Saint-Malo for the end of its European Odyssey

    3/5

    Energy Observer has arrived in Saint-Malo for the end of its European Odyssey

  • Energy Observer sur la mer

    4/5

    Energy Observer - Helsinki

  • 5/5

0/0

Intérieur du bateau

  • 1/5

  • 2/5

  • 3/5

  • 4/5

  • 5/5

0/0

L’hydrogène, clé de voute du système Energy Observer

L’hydrogène est à ce jour le meilleur allié des énergies renouvelables. Élément chimique le plus abondant de l’univers, léger et d’une densité énergétique 3 fois supérieure à des carburants traditionnels, il permet de stocker le surplus d’énergies renouvelables et de pallier à leur intermittence. Si Energy Observer stockait son énergie uniquement avec des batteries traditionnelles, il pèserait deux fois plus lourd !

Aujourd’hui, les 63 kg d’Hydrogène stockés à bord permettent de disposer de 2 MW d’électricité, soit la consommation moyenne d’un foyer de 4 personnes durant un mois. Si la mobilité maritime et terrestre répondent à des exigences toujours plus fortes de puissance, de vitesse et de fiabilité, l’hydrogène est à ce jour le seul vecteur énergétique offrant une alternative crédible aux énergies fossiles sans impacts sur l’environnement.

En testant à bord de notre navire un système énergétique basé sur un mix d’énergies renouvelables et de l’hydrogène produit à bord, nous ouvrons la voie à de multiples applications terrestres et maritimes, pouvant être répliquées à l’échelle d’un usager, d’un quartier voire d’une ville.

Les sources d'énergie propre

L’adaptabilité de systèmes énergétiques durables repose sur une combinaison de technologies qui permettent de produire de l’énergie à partir de la nature sans l’abîmer : soleil, vent, vagues et courants. Notre processus d’innovation continu, nous permet d’expérimenter chaque année de nouvelles technologies, de les tester et parfois de les abandonner si les résultats ne sont pas concluants. Pour le solaire, notre équipe a testé les premiers PV bi-faciaux à hétero-jonction conçus par l’INES (Institut nationale de l’énergie solaire) jusqu’aux derniers panneaux souples ou verticaux et invisibles fournis par Solbian.

Pour l’éolien, après avoir testé des systèmes de kites tracteurs et des éoliennes à axe vertical, nous avons développé depuis 2019 des ailes de propulsion automatiques avec le cabinet VPLP : les OceanWings®. De nouvelles hélices à pas variable automatique sont également testées depuis 2020 pour augmenter les performances de l’hydro-électricité produite à bord grâce à l’énergie du courant. Les critères de sélection restent toujours les mêmes : ces innovations doivent être réplicables, adaptables, et répondre à de multiples enjeux applicatifs et de mobilité pour un jour devenir accessibles à tous.

Vue sur la surface solaire d'Energy Observer

Un bateau de course légendaire

Construit au Canada en 1983 par l'architecte naval Nigel Irens et sous la supervision du navigateur Mike Birch, il est baptisé alors sous le nom de « Formule Tag ». En 1993, avec Sir Peter Blake, le bateau devient « ENZA NEW ZEALAND » et remporte le trophée Jules-Verne, avec un record autour du monde à la voile en 74 jours, 22 heures, 17 minutes et 22 secondes. En 1998, il devient ROYAL & SUN ALLIANCE avec le Premier équipage féminin au monde à tenter le trophée Jules-Verne mené par Tracy Edward.