Aller à la navigation Aller au contenu principal

Presse

Suivez nos dernières aventures. Si vous souhaitez obtenir des images, vidéos ou textes presse, merci de contacter notre service de presse.

Téléchargez notre dossier de presse

Contacts

Vincent Caumes Directeur des Relations presse media@energy-observer.org +33 (0)6 08 51 42 53
Joséphine Guinard Attachée de presse media@energy-observer.org +33 (0)7 86 43 79 91

26 mai 2021 Energy Observer illumine la Tour Eiffel à l’hydrogène décarboné

Le Paris de l’hydrogène : un événement unique, en plein cœur de la capitale, organisé par Energy Observer, avec le soutien de la Ville de Paris.

Dans un contexte de plan de relance historique qui fait une large place à la filière hydrogène, le « Paris de l’hydrogène » porte plusieurs objectifs d’intérêt général : sensibiliser à la nécessité d’une transition énergétique durable et mettre en lumière l’ensemble de la chaîne de valeur de la filière hydrogène.

À cette occasion, la Tour Eiffel s’est illuminée grâce à un groupe électro-hydrogène développé par EODev (Energy Observer Developments) utilisant de l’hydrogène certifié renouvelable.

Sur le Champ-de-Mars (place Jacques Rueff), Energy Observer présente pour la première fois son nouveau village d’exposition interactif et immersif en version internationale, dédié à la transition écologique, aux énergies renouvelables et à l’hydrogène.

Une fenêtre vers les énergies durables et la mobilité hydrogène d’aujourd’hui

Conçu à partir de conteneurs recyclés du groupe CMA CGM, cette exposition dévoile une frise chronologique conçue avec le soutien et l’expertise de l’Ademe, retraçant l’histoire de la transition énergétique, de la prise de conscience écologique et du laboratoire Energy Observer. Immersive et didactique, elle propose dans deux dômes géodésiques des projections monumentales et des écrans permettant de découvrir toutes les technologies embarquées du navire-laboratoire, leurs applications en mer et sur terre, mais également les solutions des pionniers rencontrés autour du monde par le prisme des 17 Objectifs de développement durable dont Energy Observer est le premier ambassadeur français.

Illuminer la Tour Eiffel grâce à l’hydrogène décarboné

Le point d’orgue de cette démonstration du potentiel des énergies décarbonées est l’illumination de la Tour Eiffel à l’hydrogène, grâce au groupe électro-hydrogène GEH2® d'EODev. Celui-ci est alimenté avec de l’hydrogène certifiée renouvelable par Air Liquide. Une première jamais réalisée et hautement symbolique, dont la scénographie toute en lumière d’un bleu-vert inhabituel est appuyée par une composition musicale originale de Jean-Benoît Dunckel (groupe Air).

10 mai 2021 Energy Observer fait escale à San Francisco du 10 au 13 mai

Le premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, ambassadeur français des Objectifs de développement durable de l’ONU, est arrivé le 6 mai à San Francisco où il effectue la 66ème escale de son Odyssée autour du monde.

Après une étape à Long Beach du 23 au 28 avril, durant laquelle le bateau a reçu de nombreux officiels de la ville à son bord, du Consulat de France aux autorités portuaires et de la ville, en passant par les acteurs de la filière hydrogène et énergétique (California Fuel Cell Partnership, Engie, Air Liquide, Toyota, CMA CGM…), des sociétés pionnières de la transition écologique comme Sole Technology (marques ETNIES, Emercia, éS, Thirty Two) mais également des scolaires et universitaires, le navire avait largué les amarres le 28 avril dernier depuis le nouveau campus d’AltaSea à l’entrée du Port de Long Beach.

Après plusieurs jours de remontée vers le nord dans des conditions météorologiques contraires et particulièrement difficiles, le bateau du futur est passé sous le spectaculaire Golden Gate Bridge pour entrer enfin en baie de San Francisco, accueilli par le Consul de France à San Francisco et la lieutenante-gouverneure de Californie, Elina Kounalakis.

22 avr. 2021 Première escale américaine d'Energy Observer à Long Beach

Le premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, ambassadeur français des Objectifs de développement durable de l’ONU, est arrivé le 22 avril à Long Beach, lors du Jour de la Terre et du Sommet sur le climat aux États-Unis. Cette escale est la 65ème de son Odyssée autour du monde.

Après 27 jours de navigation depuis les îles Galapagos, réserve de biosphère de l’Unesco et près de 3000 milles nautiques parcourus en autonomie totale, Energy Observer a emprunté la Los Angeles River, non sans saluer au passage le majestueux « Queen Mary ». Une rencontre contrastée entre le passé et le futur d’un monde maritime décarboné : l’historique paquebot et le navire-laboratoire zéro-émissions qui puise son énergie dans la nature tout en la préservant.

15 avr. 2021 Energy Observer Foundation, partenaire de France SailGP Team

France SailGP Team annonce son partenaire "Race for the Future" dans le cadre du programme de développement durable de SailGP : les Français et Energy Observer Foundation feront équipe pour explorer des solutions concrètes et accélérer le changement vers un avenir propre et responsable tout en sensibilisant à travers sa plateforme globale aux enjeux d'une transition écologique autour des énergies renouvelables.

Energy Observer Foundation partenaire « Race for the Future » de l’équipe française

Le championnat de voile annuel nouvelle génération de SailGP est le premier événement sportif et de divertissement international à impact environnement positif qui utilise sa plateforme pour défendre un monde "powered by nature". Pour cette saison 2, chacune des huit équipes nationales va s'associer à une cause en lien avec le programme "Race for the Future" pour développer des actions concrètes ayant un impact environnemental et social fort dans leur sport.

Les Français ont choisi d’embarquer Energy Observer Foundation, organisme qui explore et développe des solutions qui prouvent qu'un autre avenir énergétique est possible, un avenir optimiste, plus respectueux de la planète et des êtres qui y vivent.

« Parmi les nombreux projets et associations liés à la protection de l’environnement, Energy Observer Foundation est celui qui se rapprochait le plus des objectifs “Race for the Future”, en plus des liens évidents avec le milieu de la voile, » explique Thibault Laudren.

6 avr. 2021 Energy Observer bientôt en Californie !

Le premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, ambassadeur français des Objectifs de développement durable de l’ONU, arrivera sur la côte californienne le 22 avril prochain, après 1 mois de navigation depuis les îles Galapagos, réserve de biosphère de l’Unesco. Il fera escale à Long Beach puis à San Francisco, avant de poursuivre sa route en direction d’Hawaï.

L’occasion pour l’équipage, mené par Victorien Erussard, de documenter les nombreuses initiatives portées par l’État californien, leader dans les hautes technologies, les énergies durables et les innovations pour la transition écologique (mobilité hydrogène et électrique, smart-grids, captation de carbone, gestion des risques climatiques...).

Ces escales permettront de présenter ce navire-laboratoire unique au monde et de partager ses missions auprès du grand public, des autorités locales (villes de Long Beach et de San Francisco), des consulats français, des acteurs culturels et scientifiques tels que l’Exploratorium de San Francisco, le SOA (Sustainable Ocean Alliance) ou Energy Independence Now.

Les industriels de la filière hydrogène et des énergies durables tels que le California Fuel Cell Partnership se mobiliseront autour de ces escales avec Accor, Toyota, CMA-CGM, Air Liquide et Engie, partenaires de l'odyssée.

23 mar. 2021 Energy Observer sera présent à l’Exposition universelle de Dubaï

Le Pavillon France à l’Exposition universelle de Dubaï se réjouit qu’Energy Observer soit présent pendant la quinzaine thématique dédiée aux Océans. Energy Observer, premier ambassadeur français des 17 Objectifs de développement durable, explore des solutions concrètes et développe des technologies pour accélérer la transition écologique. Il s’inscrit ainsi pleinement dans les enjeux de construction du monde de demain que le Pavillon mettra en lumière.

L’Exposition universelle de Dubaï sera le premier rendez-vous international de l’année 2021. Première Exposition universelle organisée dans la région MEASA (Afrique, Moyen-Orient et Asie du Sud), l’Expo 2020 Dubaï met à l'honneur le thème « Connecter les esprits, Construire le futur ». Réunissant plus de 200 participants d'horizons divers – pays, organisations, entreprises et établissements académiques –, l’Expo 2020 Dubaï, qui se tiendra du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022, prévoit 25 millions de visites.

Les ambitions de ces expositions ont évolué aujourd'hui vers la coopération internationale et la recherche de solutions pour répondre aux grands défis de l'humanité. Pendant six mois, tous les pays du monde seront réunis pour réfléchir, proposer et mettre en œuvre des solutions concrètes au service de l’humanité. À l’aune de la crise sanitaire que nous traversons, cette thématique n’est dès lors plus une proposition, mais un impératif.

4 mar. 2021 Energy Observer poursuit son Odyssée dans le Pacifique

Dans un contexte sanitaire mondial très incertain, Energy Observer a décidé de poursuivre son Odyssée autour du monde. Avec leurs partenaires, Victorien Erussard et son équipe veulent continuer à délivrer un message optimiste à travers le monde. Au programme notamment : les îles Galápagos, la Californie, puis une première Transpacifique qui devrait les mener à Tokyo pour les Jeux Olympiques.

  • 6 pays, 8 escales dont une au cœur de Tokyo durant les Jeux Olympiques
  • Un tournage dans les îles Galápagos, réserve de biosphère de l’Unesco
  • Une première Transpacifique en autonomie énergétique totale
  • À la découverte de ce nouveau « centre du monde » où l’hydrogène est au cœur des politiques économiques et environnementales.

Energy Observer, premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, démarre ainsi la 5ème saison de son Odyssée de 7 ans. Un tour du monde impacté par la pandémie mondiale, qui oblige les équipes à s’adapter aux multiples directives sanitaires locales. Energy Observer entend ouvrir de nouvelles voies et poursuivre l’exploration des énergies positives pour un avenir meilleur.

Découvrez l'intégralité du parcours de l'Odyssée en 2021 dans cette vidéo.

Découvrez le replay de notre conférence de presse ici.

4 déc. 2020 Energy Observer : cap vers la Guyane française !

Energy Observer a quitté la Guadeloupe et l’arc Antillais le 23 novembre dernier pour poursuivre sa progression dans les territoires d’Outre-mer, direction la Guyane française, 61ème escale de son tour du monde. Une étape qui va permettre à l’équipage de poursuivre son Odyssée dans un territoire au patrimoine naturel exceptionnel où se côtoient technologies de pointe et forêts primaires d’Amazonie, port spatial européen et réserve de biodiversité unique au monde.

L’équipage guidé par Victorien Erussard, le fondateur d’Energy Observer, va visiter un haut lieu scientifique : le centre spatial Guyanais, dirigé par le CNES (le Centre National d’Études Spatiales), partenaire scientifique et pédagogique d’Energy Observer. Depuis 1964 et la décision d’installer une base spatiale sur cette portion littorale comprise entre Kourou et Sinnamary, la Guyane est devenue un lieu emblématique de la conquête spatiale mondiale.

Aujourd’hui, l’espace est mis au service de la compréhension du dérèglement climatique et du suivi de son évolution. Les satellites européens de la constellation Copernicus fournissent ainsi aux scientifiques du monde entier les données nécessaires à la modélisation du climat, au suivi de l’altération des écosystèmes et de la composition chimique de l’atmosphère. De la fonte des glaces au suivi du couvert forestier, les satellites observent, mesurent et nous informent sur l’état de la planète.

Energy Observer à l'entrée du fleuve Maroni

12 nov. 2020 EODev entre au capital d’EVE System

EODev confirme ses ambitions de devenir rapidement un acteur de premier plan de la chaine industrielle liée à la transition énergétique en entrant au capital de la société EVE System implantée à Lyon. Active depuis 20 ans dans les domaines de la conception et de l'intégration d'intelligence embarquée et des systèmes-batteries, EVE System va bénéficier de ce rapprochement stratégique et technologique de long terme pour accélérer son développement.

Cette prise de participation scelle ainsi de la plus belle des manières les premières collaborations entre les deux sociétés sur les produits phares d'EODev, le générateur électro-hydrogène GEH2® et le prolongateur d'autonomie REXH2® destiné au maritime. Elle permet à EODev de renforcer le tissu de ses partenaires industriels et d’accélérer le déploiement de ses solutions décarbonées, dans un contexte dynamisé par le « Green Deal » européen.

3 nov. 2020 EODev & Eneria renforcent leur partenariat dans l’hydrogène

EODev et Eneria ont scellé un accord pour la distribution et la maintenance par les équipes d'Eneria du générateur électro-hydrogène GEH2® et du prolongateur d'autonomie REXH2® développés par EODev. Cet accord fait suite à la signature début septembre d'un accord portant sur l'industrialisation du GEH®2, et vient confirmer l'excellence du projet porté par EODev ainsi que les performances du GEH2® en exploitation opérationnelle depuis six semaines sur le site d'Eneria à Montlhéry.

A la suite de la signature d'un premier accord de partenariat industriel, de l'entrée au capital d'EODev du Groupe Monnoyeur et de la présentation du premier générateur électro-hydrogène GEH2 mi-septembre sur le site d'Eneria à Montlhéry, EODev et Groupe Monnoyeur sont heureux de confirmer les dispositions anticipées dans l'accord initial, à savoir la possibilité pour les équipes d'Eneria de distribuer les GEH2® d'EODev en France métropolitaine, Belgique, Luxembourg, Pologne, Roumanie et Algérie. En complément, Eneria est également en mesure de distribuer le prolongateur d'autonomie REXH2® développé par EODev.

Outre le fait que le GEH2® et le REXH2® vont désormais être commercialisés conjointement par EODev et Eneria, et ainsi disponibles au catalogue de cette dernière sur les territoires où la société est présente, cet accord inclut également la maintenance exclusive par Eneria des GEH2® et REXH2® en collaboration avec les ingénieurs d'EODev, qui assureront en parallèle la formation à la fois des équipes d'Eneria et des clients finaux.

30 sep. 2020 Le REXH2® et The New Era d'HYNOVA Yachts s'exposent à Monaco

HYNOVA Yachts et EODev ont dévoilé mercredi 23 septembre 2020 la solution RangeExtender H2 (REXH2®) retenue par HYNOVA pour l'alimentation en énergie de ses futurs HYNOVA 40, dont le prototype The New Era a été présenté au Yacht Club de Monaco dans le cadre de l'événement Monaco Capital of Yachting Experience. Cette présentation venait en illustration de la conférence du mardi 22 septembre sur l'hydrogène comme alternative au diesel pour une mobilité maritime décarbonée.

Développé à partir de piles à combustible dernière génération Toyota, le REXH2® conçu par EODev s'inscrit dans le cadre de l'industrialisation de solutions hydrogène accessibles pour une mobilité maritime et fluviale zéro émissions. Il permet, grâce à une hybridation hydrogène-électrique combinant l'utilisation de l'hydrogène comme carburant et des batteries Alternatives Energies, d'assurer à la fois la propulsion du bateau et le fonctionnement des systèmes de bord.

L'émotion était palpable au moment de révéler, sur la terrasse du 3e pont du Yacht Club de Monaco, le premier "dayboat" électrohydrogène au monde. Des émotions fortes pour Chloé Zaied, directrice générale d'HYNOVA Yachts, mais aussi pour l'équipe d'EODev, enfin en mesure de présenter au public les résultats du travail de ses ingénieurs, après les annulations des salons nautiques de Cannes et de Monaco. Un événement d'autant plus marquant que S.A.S le Prince Albert II avait également tenu à soutenir de sa présence la présentation de ce bateau innovant, qui marque un tournant dans la poursuite d'une mobilité maritime décarbonée et un yachting durable, des enjeux qui lui tiennent particulièrement à coeur.

24 sep. 2020 Conférence sur l'hydrogène de Jérémie Lagarrigue à Monaco

Monaco, 22 septembre 2020 - Dans le cadre de la Planetary Health Week organisée par la Fondation Prince Albert II, et à l’affiche de la "Monaco Capital of Yachting Experience" initiée par le Yacht Club de Monaco (YCM) qui se déroule du 20 au 24 septembre, le directeur général d'EODev a proposé aux 200 participants sur place, ainsi qu’aux centaines de spectateurs en ligne, une présentation des opportunités de l'hydrogène pour la grande plaisance.

En présence de S.A.S le Prince Albert II, Président du Y.C.M, cinq intervenants ont exposé les différentes opportunités des solutions hydrogène pour apporter aux armateurs une alternative à l'utilisation du diesel, afin de propulser leurs unités et/ou fournir l'énergie nécessaire à la vie à bord, sans émissions et sans bruit.

Jérémie Lagarrigue a commencé la conférence par quelques explications sur la situation actuelle de l’environnement, le niveau d'émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, afin de comprendre l'importance et l'urgence de la transition énergétique. Après avoir rappelé le fonctionnement d’une pile à combustible et dévoilé son implantation à bord d'Energy Observer en collaboration avec Toyota, le dirigeant a mis en évidence les avantages de l'hydrogène face au diesel mais aussi en comparaison de systèmes "tout électrique" utilisant exclusivement des batteries. Il a également expliqué comment l'hydrogène est un vecteur qui permet de stocker comme de transporter de l'énergie, pour la restituer sous forme d'électricité, et comment l'hydrogène s'inscrit dans une stratégie de combinaisons d'ENR, en fonction des profils d'utilisation.

Pour le maritime, Jérémie Lagarrigue a démontré le potentiel et la validité à la fois technologique, environnementale et économique des solutions hydrogène, prenant entre autres l'exemple du premier tender électro-hydrogène présenté par HYNOVA, bateau inédit de 12 mètres dont la propulsion a été conçue par EODev, et dont le prototype était exposé sur la terrasse du Y.C.M.

La transition énergétique dans le domaine de la grande plaisance passe ainsi par différentes combinaisons possibles, y compris des hybridations diesel-hydrogène-électrique. Enfin, il a explicité les problématiques liées au stockage et à l'acheminement de l'hydrogène, insistant sur le besoin de développer les infrastructures, d'implanter des stations sans être trop contraints par de longs délais administratifs. Pour répondre à ces enjeux à court terme, EODev propose d’ailleurs l'implantation de STSH2 (Station SHip H2), plate-forme de production et de distribution d’hydrogène flottante.

La conclusion évidente de cette intervention est qu'il est temps de passer à l'acte, de basculer vers l'hydrogène, ce que la formule "time to shift", le motto d'EODev, résume parfaitement.

L'intégralité de la conférence est à retrouver ici.

21 sep. 2020 EODev présente ses solutions hydrogène terrestres et maritimes

Suite à la levée de fonds de 20M€ annoncée il y a deux semaines, EODev a présenté ce jeudi 17 septembre sur le site de son partenaire et assembleur ENERIA, son générateur électro-hydrogène terrestre et son range extender maritime en fonctionnement, en présence de ses actionnaires. Les produits développés par la start-up française, qui compte déjà une quarantaine de collaborateurs, répondent aux objectifs du plan France Hydrogène dévoilé la semaine dernière par le gouvernement dans le cadre de France Relance.

EODev a pour but d’accélérer la transition écologique grâce à des solutions énergétiques propres, accessibles et durables, développées et fabriquées en France avec une visée internationale. Pour Jérémie Lagarrigue, son Directeur général, l’utilisation de l'hydrogène comme vecteur énergétique et solution de stockage d'énergie, couplé à d’autres énergies propres, est l’élément essentiel d’une transition énergétique réaliste et efficiente. La solution repose donc sur une approche plurielle qui combine et optimise les mix-énergétiques en fonction des besoins spécifiques des utilisateurs et des ENR disponibles localement. Qu’ils soient industriels, sociétés de services, ou à terme particuliers, les consommateurs doivent pouvoir accéder à des solutions personnalisées et cohérentes tant au niveau environnemental qu’économique.

Un groupe de personnes sur un site industriel

8 sep. 2020 EODev lève 20M€ pour industrialiser ses solutions hydrogène

EODev (Energy Observer Developments) annonce avoir finalisé une première levée de fonds afin d’accélérer l'industrialisation et la commercialisation de ses solutions développées autour des dernières technologies hydrogène.

Aujourd’hui, EODev annonce la finalisation de sa première levée de fonds, pour un montant total de 20 M€. Il s’affirme ainsi comme l’un des acteurs innovants de la filière hydrogène française dont la croissance est désormais inscrite comme une priorité gouvernementale.

Ce financement va permettre d’accélérer l'industrialisation et la commercialisation de solutions énergétiques durables, fiables, novatrices et accessibles. Les produits d’EODev adressent l’ensemble de la chaîne énergétique : des générateurs électro-hydrogène de moyenne puissance (GEH2®) ; des systèmes énergétiques hydrogène embarqués (REXH2®) pour une utilisation maritime et fluviale (propulsion et vie à bord), et des stations mobiles flottantes (STSH2) de production et de distribution d’hydrogène vert.

Schéma 3D de la technologie EODev STSH2

4 sep. 2020 Le Groupe Monnoyeur, nouveau partenaire industriel d'EODev

EODev (Energy Observer Developments) et le Groupe Monnoyeur, au travers de sa filiale Eneria, ont scellé un accord de partenariat pour l'industrialisation par les équipes d'Eneria du générateur électro-hydrogène GEH2 développé par EODev. Pour découvrir le GEH2 d'EODev en fonctionnement opérationnel, rendez-vous entre le 15 et le 18 septembre 2020 sur le site d'Eneria à Montlhéry (91310).

Eneria, un partenariat industriel stratégique

Spécialiste dans la conception, l’installation et la maintenance de solutions de production d’énergie clé en main, Eneria va apporter à EODev son expertise et son savoir-faire dans le domaine du packaging.

Le partenariat industriel noué entre EODev et Eneria permet d'accélérer l'industrialisation, le déploiement et la gestion du service après-vente de générateurs GEH2.

Ce développement s’inscrit, pour Eneria, dans le cadre d’une ambition plus large : apporter des réponses concrètes aux défis tant énergétiques qu'environnementaux, à la mesure des enjeux rappelés par le gouvernement dans le contexte du plan de relance verte.

1 sep. 2020 « L’Odyssée pour le Futur » saison 2 sur PLANÈTE+ et myCANAL

Dans cette nouvelle saison (4 x 52 minutes), Energy Observer navigue en Europe du Nord pour découvrir un monde résolument engagé dans la transition énergétique et écologique.

De Londres à Amsterdam, d’Hambourg à Stockholm, de Copenhague à Saint-Pétersbourg jusqu’à l’archipel du Svalbard en Arctique, l’équipage part à la découverte de toutes les solutions qui œuvrent pour la sauvegarde du vivant : de l’agriculture du futur à l’énergie propre, de l’économie circulaire à la mobilité... Des innovations positives et concrètes qui fonctionnent déjà et prouvent qu'un autre futur est possible.

L'équipe de tournage d'Energy Observer à Pyramiden, au Svalbard

31 jui. 2020 EODev présente son REXH2 à bord d’un prototype d’HYNOVA Yachts

Energy Observer Developments (EODev) présentera au prochain Cannes Yachting Festival du 8 au 13 septembre 2020 sa solution REXH2 (Range Extender Hydrogène), intégrée pour la première fois dans un navire autre que Energy Observer : un open de 40 pieds développé avec HYNOVA Yachts, le premier bateau électro-hydrogène de série qui sera lancé sur le marché.

Le REXH2 est une solution modulaire développée autour de la pile à combustible dernière génération de Toyota permettant une mobilité maritime et fluviale sans émissions de CO2, sans particules fines et sans bruit. Son application sur-mesure permet d’assurer la propulsion et/ou le fonctionnement des systèmes à bord grâce à l’hydrogène. Elle a été testée en conditions réelles à bord d’Energy Observer sur plus de 7 000 milles nautiques.

L'HYNOVA 40 est un bateau de 12m conçu par Chloé Zaied, fondatrice et directrice générale d'HYNOVA Yachts, pouvant être utilisé comme day-boat ou annexe de superyacht. Avec une capacité d’accueil de 12 passagers, c’est le premier bateau de plaisance équipé du REXH2, une technologie zéro émissions, silencieuse et hybride hydrogène-électrique, et destiné à être produit en série.

8 jui. 2020 Une exploration au cœur de notre nouvel univers de marque

Lancé comme un navire-laboratoire, Energy Observer s’est engagé dans de nombreux projets et a relevé des défis de taille pour accélérer la transition écologique.

Cette évolution rapide le conduit à un moment charnière de son histoire et interroge sa stratégie de marque et le cadre de son développement au cours des prochaines années.

Energy Observer, une marque qui évolue

Energy Observer a été lancé en 2017 avec une ambition : être le premier navire à faire un tour du monde en autonomie totale, grâce aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, sans émettre aucune émission polluante (particules fines, CO₂) et sans bruit. L’innovation au service de la nature et du plus grand nombre : l’essence du projet nous a permis d’aller plus loin que tout ce que nous aurions imaginé. Devenir le premier ambassadeur français des Objectifs de développement durable, produire des films documentaires exclusifs, créer Energy Observer Developments pour repousser les limites des technologies zéro émissions : le projet change de dimension et ne peut se résumer uniquement à son laboratoire flottant, symbole fort de notre prise de conscience.

Logo Energy Observer

4 jui. 2020 Le CNES, nouveau partenaire scientifique d’Energy Observer

Afin de mener à bien sa mission de promotion des énergies renouvelables et de sensibilisation autour des enjeux de la transition énergétique et écologique, EnergyObserver s’associe au CNES (Centre National d’Études Spatiales).

Le Centre National d’Études Spatiales contribue, par ses missions spatiales et ses activités de recherche, à la lutte contre le changement climatique. Seuls les satellites peuvent en effet couvrir l’envergure planétaire des phénomènes en jeu et documenter plus de la moitié des variables essentielles du climat définis par la communauté scientifique. Qu’il s’agisse de l’évolution de la hauteur des océans, du suivi de la composition chimique de l’atmosphère ou encore de l’analyse de la biomasse terrestre, les données satellitaires jouent un rôle essentiel pour mieux comprendre l’évolution du climat et l’ampleur de ses impacts.

Un satellite du CNES en orbite autour de la terre

14 mai 2020 Une Odyssée pour imaginer le monde d’après

Dans un monde frappé par la pandémie du Covid-19, l’équipage d’Energy Observer, premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, a revu son programme qui devait le conduire à Tokyo durant les Jeux Olympiques d’été.

Victorien Erussard, le capitaine, Jérôme Delafosse, le chef d’expédition, et leurs équipiers ont largué les amarres à Fort-de-France la semaine dernière pour poursuivre leur Odyssée qui les mènera de la mer des Caraïbes à la forêt Amazonienne jusqu’au triangle d’or de la biodiversité dans le Pacifique​.

Au cours de cette Odyssée de deux mois, l’équipage - composé également de Francine Kreiss, apnéiste reporter, Katia Nicolet, docteur en biologie marine et Fitzgérald Jégo, explorateur - va filmer, photographier, témoigner et décrypter des écosystèmes remarquables.

Un membre d'Energy Observer en plongée de reconnaissance dans les eaux martiniquaises

7 mai 2020 Bilan d’une transatlantique en solitude

La première traversée de l’Atlantique d’Energy Observer, du Finistère à la Martinique, a permis de valider dans des conditions très variées les principales innovations apportées cette année au laboratoire flottant des énergies renouvelables.

Son nouveau système de pile à combustible, développé avec Toyota, ses ailes automatiques, ses nouveaux panneaux solaires et ses hélices innovantes ont, grâce à leur synergie optimisée, permis d’effectuer cette longue route en totale autonomie et avec des performances inédites.

Cette traversée a validé les capacités et la fiabilité de ce mini-réseau énergétique autonome. De quoi envisager sereinement des semaines d’exploration dans les plus reculés sites de biodiversité, de la forêt amazonienne aux Galapagos, alors même que toute escale est souvent prohibée et la plupart des bateaux cloués à quai.

La cheminée hydrogène du bateau avec un logo Hydrogène dessus

22 avr. 2020 Energy Observer arrive en Martinique !

Dans un contexte de crise sanitaire mondiale, la mission scientifique et environnementale d’Energy Observer se poursuit. Première grande transocéanique réussie pour Energy Observer en totale autonomie énergétique.

L’ensemble des technologies ont fonctionné parfaitement, les performances du navire démontrent la maturité de ses systèmes.
Energy Observer développe des solutions pour des applications concrètes, répondant aux enjeux du monde de demain, décentralisé, solidaire, décarboné.

Mardi 21 avril, le premier navire hydrogène propulsé aux énergies renouvelables s’est amarré à Fort-de-France après sa première transatlantique depuis Saint-Malo. Un parcours d’environ 5000 milles nautiques effectué après plus de 30 jours en totale autonomie énergétique, sans aucune émission de CO2 ou de particule fine.

Le bateau avec un rocher en arrière plan

3 avr. 2020 Seul sur l’Atlantique, Energy Observer s’adapte au COVID-19

Energy Observer met tout en œuvre pour s’assurer que les femmes et les hommes qui travaillent en son sein et à ses côtés soient protégés et puissent assurer leurs missions en toute sécurité.

Energy Observer est arrivé aux Canaries le 25 mars 2020 après 1 600 milles nautiques parcourus depuis son départ de Saint-Malo.

Parti de France avant les mesures de confinement, l’équipage en bonne santé s’est bien-sûr adapté progressivement aux mesures de confinement imposées aux populations des pays visités.

Victorien Erussard et Jérôme Delafosse devaient embarquer aux Canaries pour cette première traversée océanique mais ont été contraints d’y renoncer pour préserver la sécurité sanitaire de leurs équipiers.

Photo d'Energy Observer sur la mer proche de la côte, ciel nuageux

3 mar. 2020 Energy Observer quitte la France pour un tour du monde de 4 ans

Au programme de 2020, 2 traversées océaniques et 9 escales sur 2 continents.

En point d’orgue : Tokyo durant les Jeux Olympiques puis les 3 grandes villes de l’État de Californie, berceau de la transition écologique américaine. Prochaine étape : Cap sur le Maroc ou les Canaries selon les conditions météo.

Energy Observer, le premier navire aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, a largué les amarres ce mardi 3 mars pour une odyssée de 4 années autour du monde. À son bord pour quitter la cité corsaire, une équipe très étoffée a pris place : ses deux leaders historiques, les deux capitaines de bordée, les ingénieurs embarqués mais aussi les ingénieurs d’Energy Observer Developments seront présents pour veiller à la mise en route de tous les systèmes innovants, dans une mer qui promet d’être encore difficile jusqu’au Portugal.

Une mise en jambe musclée mais indispensable pour profiter de la courte fenêtre dans le défilé de tempêtes qui balaient l’Atlantique Nord depuis des semaines.

(Vidéo) 2020, l'année des grandes traversées

L'équipe navigante sur le pont d'Energy Observer

12 fév. 2020 Cap vers Tokyo pendant les Jeux Olympiques et la Californie

20 000 milles nautiques (37 000 km), 2 océans, Energy Observer met le cap sur Tokyo pendant les Jeux Olympiques puis la Californie

Energy Observer prépare son grand départ pour un tour du monde de 4 ans. En 2020, le premier navire hydrogène autonome en énergie s’apprête à réaliser les plus grandes navigations de son histoire, qui l’emmèneront jusqu’à Tokyo pendant les Jeux Olympiques, puis en Californie. De nouvelles technologies embarquées seront ainsi testées et optimisées lors de cette étape essentielle, concrétisant l’ambition renouvelée du projet : concevoir, développer et maintenant partager des systèmes énergétiques propres et accessibles au plus grand nombre.

Depuis la mise à l’eau d’Energy Observer en 2017, de l’eau de toutes températures a filé sous les coques de ce navire de course historique, reconditionné en laboratoire flottant des énergies propres. Ce qui semblait impossible il y a quelques années est devenu une réalité ancrée dans le présent, accumulant les premières mondiales : premier système complet de production hydrogène embarqué, premier smart-grid flottant autonome avec 0% d’émissions polluantes, premier navire à atteindre l’Arctique sans énergies fossiles et en autonomie totale.

Energy Observer quitte St Malo, cap sur Tokyo

10 fév. 2020 Energy Observer et CMA CGM s’associent

Le Groupe CMA CGM, un leader mondial du transport maritime et de la logistique, pionnier de la transition énergétique, s’associe à Energy Observer, premier navire hydrogène autour du monde.

Une ambition commune pour un transport maritime zéro émission.

Un défi partagé : déployer l’hydrogène à grande échelle pour le transport maritime ; associer l’innovation de notre navire laboratoire à l’expertise d’un leader mondial du transport maritime et de la logistique.

Le Groupe CMA CGM, un leader mondial du transport maritime et de la logistique, pionnier de la transition énergétique, s’associe à Energy Observer, premier navire hydrogène autour du monde.

Energy Observer naviguant au Svalbard

3 fév. 2020 Toyota développe une pile à combustible pour l’Odyssée 2020

Partenaire officiel depuis 2017, Toyota apporte un soutien supplémentaire à l’odyssée autour du monde d'Energy Observer pour développer une application maritime de l’hydrogène.

Toyota a développé une pile à combustible conçue spécialement pour Energy Observer, le premier navire hydrogène autour du monde.

Partenaire officiel depuis 2017, Toyota apporte un soutien supplémentaire à l’odyssée autour du monde d'Energy Observer pour développer une application maritime de l’hydrogène. La pile à combustible de Toyota a été conçue comme une solution modulaire aux usages multiples : transport en camion, bus, maritime, et applications stationnaires​

Toyota est partenaire d’Energy Observer depuis le début de ce projet unique, où l’hydrogène occupe une place centrale. Au cours d'une odyssée de six ans qui a débuté en 2017, l’équipe d'Energy Observer navigue autour du monde sur le premier bateau autonome en énergie. Ce navire du futur à propulsion électrique fonctionne grâce à un mix d’énergies renouvelables et à un système de production d’hydrogène décarboné à partir de l’eau de mer.

Une pile à combustible avec le logo Toyota Fuel Cell