Bilan d’une transatlantique en solitude

La première traversée de l’Atlantique d’Energy Observer, du Finistère à la Martinique, a permis de valider dans des conditions très variées les principales innovations apportées cette année au laboratoire flottant des énergies renouvelables. Son nouveau système de pile à combustible, développé avec Toyota, ses ailes automatiques, ses nouveaux panneaux solaires et ses hélices innovantes ont, grâce à leur synergie optimisée, permis d’effectuer cette longue route en totale autonomie et avec des performances inédites.

Des ailes de propulsion et des hélices innovantes pour une efficacité inédite

La première partie du parcours, de la Bretagne aux Canaries, a été réalisée face à des vents contraires, les glissades dans les alizés étant malheureusement remplacées par des heures de près serré dans une mer difficile. Sur ce type de navigation, les hélices à pas variable font merveille, permettant de stabiliser le flux d’air sur les ailes tout en consommant peu d’électricité. 4 kW injectés dans les moteurs permettent de gagner en moyenne 30 % de vitesse mais surtout de remonter à 25° du vent réel au lieu de 40° !

©Energy Observer Productions - George Conty

Le gain est donc considérable, prouvant que la mixité H2-Ailes-Hélices est très complémentaire. Energy Observer n’est plus un voilier depuis longtemps, et les 35 m² de chaque aile OceanWings® ne pourraient seules propulser correctement les 35 tonnes du catamaran (il en faudrait au moins 350 m², surface utilisée par Sir Peter Blake pour ramener le Trophée Jules Verne… avec 20 tonnes en moins !). Mais le profil épais de ces ailes, leur automatisme intégral et l’appui de la propulsion électrique forment un combo particulièrement efficace, économe et fiable. Plus de la moitié de la traversée a été parcourue en utilisant ce mode hybride multi-ENR.

©Energy Observer Productions - Amélie Conty

L’hydrogène et la nouvelle pile à combustible, maillons essentiels de la chaîne énergétique 

Des Canaries au Cap Vert, la vitesse a été favorisée grâce au vent portant et à la mixité Hydrogène-Ailes. Durant la journée, toute l’énergie solaire est directement injectée dans la propulsion pour optimiser la vitesse. Dès que la nuit tombe, et que les batteries atteignent environ 20 % de leur capacité, la pile à combustible démarre automatiquement pour remonter instantanément leur niveau. Ainsi, la vitesse peut être maintenue et les pics de consommation nocturnes (repas, vie à bord, envois de données, eau chaude produite avec la chaleur de la pile) étalés. Aucun bug, aucune alarme (le bateau en compte pourtant plusieurs centaines…), aucune anomalie, la pile à combustible développée par Toyota et Energy Observer Developments a fait un sans-faute dans les vagues de l’Atlantique, démarrant automatiquement et silencieusement toutes les nuits. En quelques secondes, elle apporte ses précieuses calories et ses kilowatts au micro-grid flottant, avec la régularité d’un métronome.

©Energy Observer Productions - Amélie Conty

Ralentir à la vitesse du soleil 

La dernière partie jusqu’à Fort-de-France a été un peu atypique, avec certes des alizés réguliers, mais des contraintes inédites dues au coronavirus. Risquant d’être confinés à l’arrivée si la traversée avait duré moins de 14 jours depuis le Cap Vert, bien que l’équipage n’ait pu y débarquer, le capitaine a réduit la vitesse en fin de parcours en l’équilibrant sur la production solaire seule. Cette dernière atteignait souvent les 20 kW en instantané, notamment grâce aux dernières générations de panneaux solaires verticaux développés avec Solbian.

©Energy Observer Productions - Amélie Conty

Au-delà d’environ 18 nœuds de vent portant, la poussée complémentaire des hélices devient moins rentable. De nouvelles lois de pilotage ont été codées pendant cette traversée. Par exemple, lorsque les capteurs ne détectent plus de couple suffisant sur l’arbre de transmission, celui-ci est bloqué et les pales d’hélices se mettent alors automatiquement en drapeau pour limiter la traînée. Il est aussi possible à ce stade d’inverser le sens des pales pour produire de l’électricité par hydrogénération, ce qui a été testé durant ces périodes de vitesse, mais au prix d’un ralentissement évident qu’il convient d’équilibrer.

Une traversée en totale autonomie, sans compromis sur le confort ni la sécurité

Ces performances énergétiques ont permis à l’équipage de vivre sereinement cette traversée pourtant atypique. Parti avant le confinement, l’équipage n’a aperçu que de très rares navires, à part un cargo et le rameur Stéphane Brogniart, aucune voile à l’horizon jusqu’au quai antillais.

©Energy Observer Productions - Amélie Conty

Tous les ports étant fermés, impossible de se ravitailler en carburant, en eau ou en vivres. Or la plupart des voiliers ou yachts modernes qui traversent l’Atlantique, malgré l’usage fréquent de petites éoliennes ou panneaux solaires, ont besoin de gasoil pour équilibrer leur besoin énergétique. Avec ses multiples écrans tactiles, ses automates et ordinateurs, les milliers de capteurs qui envoient les données du système par satellite toutes les 10mn, ses trois gros réfrigérateurs et chambres négatives, sa machine à pain et ses multiples robots (SMEG fait tester toutes ses gammes à bord…), sa cuisine 100 % électrique, et tous les équipements d’un grand navire, Energy Observer a toujours été en surplus d’énergie, dans un confort inhabituel.

Cette traversée a donc validé les inédites capacités de performance et de fiabilité de ce mini-réseau énergétique autonome. De quoi envisager sereinement des semaines d’exploration dans les plus reculés sites de biodiversité, de la forêt amazonienne aux Galapagos, alors même que toute escale est souvent prohibée et la plupart des bateaux cloués à quai.

Confinés en mer, en toute autonomie grâce au vent, au soleil… et aux caractéristiques de la molécule la plus répandue dans l’univers : l’hydrogène.

Newsletter

Fermer

Inscription à la Newsletter

Mentions légales

Fermer

Mentions légales

Conditions d'utilisation du site internet energy-observer.com

Vous êtes actuellement connecté au site internet de Energy Observer SAS.
L'utilisateur en ayant accès à ce site s'engage à se conformer aux présente conditions d'utilisation.

Informations éditeur :

Ce site est édité par :
ENERGY OBSERVER
Société par Actions Simplifiée au capital social de 800 000 euros,
Immatriculée au Registre des Sociétés de Saint-Malo sous le N° 812 988 020 RCS Saint-Malo,
Siège social: 27, quai Duguay Trouin - 35400 Saint-Malo - France.
N° de Siren: 812 988 020

Direction de la communication corporate de ENERGY OBSERVER

6 bis, avenue Louis Martin
35400 Saint-Malo
France

Responsable de la publication : Victorien Erussard

Informations hébergeur :

Ce site est hébergé par :
GABOWEB
Société à Responsabilité Limitée au capital social de 10 000 euros
Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Pontoise sous le N° B 502 435 563,
Siège social : 209 Parc des copistes, 20 Avenue Berthe Morisot – 95220 Herblay France.

Droits d'auteur / Copyright

Conformément à la Loi « Informatique et Libertés » modifiée n° 78-17 du 6 janvier 1978, les informations vous concernant sont destinées à la société ENERGY OBSERVER, responsable du traitement. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courriel à l'adresse électronique suivante : . En cas de rectification, une copie des informations telles que rectifiées sera communiquée à l'intéressé par voie électronique ou par courier

La présentation et chacun des éléments, y compris le nom de domaine, les marques, logos, enseignes, dessins, illustrations, photographies, textes, graphiques et autres fichiers apparaissant sur le présent site www.energy-observer.org, sont protégés par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, et appartiennent à ENERGY OBSERVER SAS ou font l'objet d'une autorisation d'utilisation.

Aucun élément composant le site www.energy-observer.org ne peut être copié, reproduit, modifié, réédité, chargé, dénaturé, transmis ou distribué de quelque manière que ce soit, sous quelque support que ce soit, de façon partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite et préalable de ENERGY OBSERVER SAS à l'exception d'une stricte utilisation pour usage personnel, privé et non-commercial, sans modification des éléments présents sur le site www.energy-observer.org.

La mention suivante doit notamment apparaître sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu du site: "©Copyright ENERGY OBSERVER. Les photographies figurant sur le site www.energy-observer.org ne sont pas contractuelles."

Droits de ENERGY OBSERVER en sa qualité de producteur de bases de données

Tout, prospect ou partenaire dispose d’un droit personnel, non exclusif, incessible et intransmissible de consultation des informations contenues sur le site www.energy-observer.org pour ses propres besoins.

Il est autorisé à extraire et/ou réutiliser une partie du contenu de ce site à des fins personnelles de consultation, sous réserve que cette extraction et/ou réutilisation ne porte pas sur une partie, appréciée qualitativement ou quantitativement, substantielle du contenu de ce site. En outre, est également interdite l’extraction et/ou la réutilisation répétée du contenu, même non substantiel, de ce site.

Toute reproduction totale ou partielle du site à des fins autres est expressément prohibée par les articles L. 342-1 et L. 342-2 du Code de la propriété intellectuelle. Est également interdite la communication au public de tout ou partie du contenu du site, sous quelque forme et à destination de quelque public que ce soit.

En particulier, l’utilisation à des fins commerciales du contenu de ce site est expressément interdite.

Responsabilité

L'ensemble des informations accessibles via ce site sont fournies en l'état. ENERGY OBSERVER SAS ne donne aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation de ces informations.

L'utilisateur est seul responsable de l'utilisation de telles informations.

ENERGY OBSERVER se réserve le droit de modifier à tout moment les présentes notamment en actualisant le site www.energy-observer.org.

ENERGY OBSERVER SAS ne pourra être responsable pour quel que dommage que ce soit tant direct qu'indirect, résultant d'une information contenue sur ce site.

L'utilisateur s'engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s'engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l'ordre public ou diffamatoires.

ENERGY OBSERVER SAS met tout en œuvre pour offrir aux utilisateurs des informations et/ou des outils disponibles et vérifiés, mais ne saurait être tenue pour responsable des erreurs, d’une absence de disponibilité des informations et/ou de la présence de virus sur son site www.energy-observer.org.

Les sites extérieurs à ENERGY OBSERVER ayant un lien hypertexte avec le présent site ne sont pas sous contrôle de ENERGY OBSERVER qui décline par conséquent toute responsabilité quant à leur contenu. L'utilisateur est seul responsable de leur utilisation.

Lien hypertexte

La création de liens hypertexte vers le site www.energy-observer.org est soumise à l'accord préalable de ENERGY OBSERVER SAS. Pour toute demande, vous pouvez vous diriger vers les contacts donnés sur le site.

Messagerie

Pour toute remarque sur le fonctionnement du site www.energy-observer.org, vous pouvez envoyer un message à .

Important

Les messages que vous nous ferez parvenir par l'intermédiaire d'Internet peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie.

Crédits

Fermer

Crédits

Crédit Photographies

© copyright photothèque Energy Observer -
Photos : Patrick AVAVIAN, Leah BALL, Jérémy BIDON, Kadeg BOUCHER, Pierrick CONTIN, Amadea KOSTRZEWA

Crédit Film de présentation

Image : Jeremie ELOY, Romain FROGÉ /Wanaii Films, Jean Charles GRANJON/Bonne Pioche, Julien VOIGT, Guillaume LE CORRE
Images 3D : Kadeg BOUCHER et Quentin CHICHE
Montage : Delphine COHEN
Direction artistique et graphisme : Cokau lab
Identité visuelle : Studio Be-Poles
Musique : Demusmaker
Mixage son : Rodolphe GERVAIS/Studio du faune
Réalisation : Jérôme DELAFOSSE

Crédit Web

Réalisation du site : DOUNY

Crédit Identité visuelle

Identité visuelle : Studio Be-Poles

Menu

Contact

Partenaires

  • AccorHotels
  • Thélem Assurances
  • Transport by Delanchy
  • Engie