Glowee, la start-up qui veut révolutionner l’éclairage urbain

Les solutions Glowee permettent de produire de la lumière sans électricité, simplement grâce à des bactéries un peu spéciales. Rencontre avec Sandra Rey, directrice de la start-up francilienne.

 

Sandra, comment est né le projet Glowee ?

Initialement, j’ai une formation de designer. Et c’est pendant mes études que le projet Glowee est né. C’était en 2013, dans le cadre d’un concours portant sur la biologie synthétique. Mes camarades et moi avions vu un reportage sur des animaux vivant dans les abysses et qui sont capables de produire naturellement de la lumière. Pour nous, il s’agissait d’une voie à exploiter afin de répondre aux problématiques économiques et écologiques de l’éclairage. Ensuite, j’ai continué avec un master en entreprenariat social dans une école de commerce. À la fin de ce master, en 2014, j’ai décidé de poursuivre le projet étudiant et de rentrer en laboratoire. On m’a prêté une paillasse à l’Inserm*. J’ai pris un stagiaire en biotechnologie et on a commencé ensemble à essayer de faire de la lumière biologique.

Dès le début, votre start-up s’est tournée vers certains usages…

Oui. Nous avons imaginé un concept de lumière pour les vitrines, à partir de bioluminescence. Pendant cette période, il y avait beaucoup de débats autour de l’interdiction des éclairage de vitrines et des bâtiments tertiaires la nuit. Or pour faire baisser la consommation énergétique et la pollution lumineuse, les solutions radicales ne fonctionnent pas très bien de manière générale. Il était plus intéressant de chercher une solution alternative qui permette aux magasins de garder leur visibilité et aux centres-villes de conserver leur vie nocturne, tout en étant respectueux de l’environnement.

 

Votre innovation est basée sur l’utilisation de bactéries. Ensuite, celles-ci sont mélangées à des nutriments et l’ensemble est enfermé dans une coque en résine organique. C’est bien ça ?

Oui, en sachant que l’on a plusieurs technologies disponibles. Notre activité, c’est de produire une matière première. Ensuite, celle-ci peut se retrouver sous différentes formes (gel, liquide, etc). En revanche, elle doit absolument être encapsulée dans une coque hermétique et bien entendu transparente pour laisser passer la lumière.

Quelles sont ces différentes technologies et comment vos clients vont-ils pouvoir changer la solution lorsque les bactéries auront fini de produire de la lumière ?

Il faut savoir que l’une est 100 % autonome, mais sa durée de vie est éphémère (72 heures d’affilée). Elle peut remplacer tout ce qui concerne la communications extérieure pendant des festivals, les décorations de noël, etc. On est vraiment sur un usage unique donc il n’y a pas de maintenance à envisager. En revanche, nous développons en parallèle des systèmes qui sont beaucoup plus pérennes, mais qui nécessitent une exploitation, ainsi qu’une maintenance. Glowee se charge du réapprovisionnement quand il n’y a plus assez de nutriments. Nos partenaires énergéticiens se chargent de revaloriser les déchets quand il y en a trop.

/

Quand pourrons-nous observer les premières applications ?

Cela fait maintenant un an que nous fabriquons des systèmes pour de l’évènementiel, avec également le but de faire de la pédagogie. En effet, nos installations peuvent sembler étranges à première vue. Or, lorsque la technologie sera assez performante pour s’intégrer dans le paysage urbain, il faut qu’elle soit une solution évidente pour tout le monde. Cette première étape va prendre un peu de temps. Parallèlement, nous développons pour la fin de l’année un prototype à grande échelle qui va permettre d’optimiser le sytème et de le rendre viable. Nous travaillons également de plus en plus avec des groupes, notamment dans le secteur de l’énergie, afin que ces derniers puissent développer de nouveaux services pour la lumière biologique. Je pense qu’il faut attendre 3 ou 4 ans avant d’avoir un produit industriel d’envergure.

 

Quelles sont les autres applications possibles ?

Notre objectif global, c’est de remplacer la lumière électrique  urbaine, là où elle sert à mettre en valeur, donner de la visibilité ou simplement signaler. Encore une fois, les solutions radicales ne fonctionnent pas. Dans le monde de l’énergie, il vaut mieux utiliser plusieurs sources d’énergie avec chacune son propre usage. Mais c’est vrai que notre système peur avoir diverses applications. Par exemple, avec notre solution, on peut imaginer l’élimination des zones non éclairées, notamment celles qui ne disposent pas d’infrastructures électriques.

GLOWEE: UN POTENTIEL QUI INTÉRESSE LE GROUPE ACCORHOTELS

Depuis la COP21 de 2015, Glowee s’est fait une place au sein de la « green tech ». Le groupe AccorHotels, lui, connaissait la start-up, mais c’est par l’intermédiaire d’Energy Observer que les deux entreprises ont fini par se rencontrer. Et chez AccorHotels, on a immédiatement vu dans Glowee un important potentiel, tant au niveau du design que de l’impact environnemental, comme le rappelle Arnaud Hermann, directeur du développement durable. « Pour notre directeur du design, le concept Glowee est une possibilité de révolutionner l’expérience lumineuse dans nos hôtels. De mon coté, j’ai davantage perçu l’intérêt écologique d’une solution d’éclairage totalement dé-carbonée. C’est la promesse d’une énergie plus vertueuse ».

Glowee travaille actuellement sur une solution pérenne qui pourrait s’intégrer dans les hôtels. Celle-ci repose sur un réseau de tuyaux transparents dans lequel circule le fameux liquide. Un circuit totalement lumineux qui ouvre de nouvelles perspectives pour les hôtels. « La première concerne l’éclairage externe : les devantures, les enseignes ou même l’éclairage des bâtiments. L’autre usage serait en interne, avec par exemple la création de pièces de repos ou d’immersion. Les possibilités sont nombreuses », explique Arnaud Hermann.

En attendant la mise à disposition d’un démonstrateur pour tester le système lumineux en continu, le groupe Accor Hotels pourrait prochainement utiliser la solution Glowee éphémère actuellement disponible. Le groupe attend simplement la bonne occasion pour organiser l’évènement.

Propos recueillis par Arnaud Wyart pour Energy Observer.

Retrouvez l’interview de Sandra, à bord d’Energy Observer dans l’émission Tech24

Newsletter

Fermer

Inscription à la Newsletter

* Champ obligatoire

Mentions légales

Fermer

Mentions légales

Conditions d'utilisation du site internet energy-observer.com

Vous êtes actuellement connecté au site internet de Energy Observer SAS.
L'utilisateur en ayant accès à ce site s'engage à se conformer aux présente conditions d'utilisation.

Informations éditeur :

Ce site est édité par :
ENERGY OBSERVER
Société par Actions Simplifiée au capital social de 800 000 euros,
Immatriculée au Registre des Sociétés de Saint-Malo sous le N° 812 988 020 RCS Saint-Malo,
Siège social: 40, rue de la Natière - 35400 Saint-Malo - France.
N° de Siren: 812 988 020

Direction de la communication corporate de ENERGY OBSERVER

6 bis, avenue Louis Martin
35400 Saint-Malo
France

Responsable de la publication : Victorien Erussard

Informations hébergeur :

Ce site est hébergé par :
GABOWEB
Société à Responsabilité Limitée au capital social de 10 000 euros
Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Pontoise sous le N° B 502 435 563,
Siège social : 209 Parc des copistes, 20 Avenue Berthe Morisot – 95220 Herblay France.

Droits d'auteur / Copyright

Conformément à la Loi « Informatique et Libertés » modifiée n° 78-17 du 6 janvier 1978, les informations vous concernant sont destinées à la société ENERGY OBSERVER, responsable du traitement. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courriel à l'adresse électronique suivante : . En cas de rectification, une copie des informations telles que rectifiées sera communiquée à l'intéressé par voie électronique ou par courier

La présentation et chacun des éléments, y compris le nom de domaine, les marques, logos, enseignes, dessins, illustrations, photographies, textes, graphiques et autres fichiers apparaissant sur le présent site www.energy-observer.org, sont protégés par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, et appartiennent à ENERGY OBSERVER SAS ou font l'objet d'une autorisation d'utilisation.

Aucun élément composant le site www.energy-observer.org ne peut être copié, reproduit, modifié, réédité, chargé, dénaturé, transmis ou distribué de quelque manière que ce soit, sous quelque support que ce soit, de façon partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite et préalable de ENERGY OBSERVER SAS à l'exception d'une stricte utilisation pour usage personnel, privé et non-commercial, sans modification des éléments présents sur le site www.energy-observer.org.

La mention suivante doit notamment apparaître sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu du site: "©Copyright ENERGY OBSERVER. Les photographies figurant sur le site www.energy-observer.org ne sont pas contractuelles."

Droits de ENERGY OBSERVER en sa qualité de producteur de bases de données

Tout, prospect ou partenaire dispose d’un droit personnel, non exclusif, incessible et intransmissible de consultation des informations contenues sur le site www.energy-observer.org pour ses propres besoins.

Il est autorisé à extraire et/ou réutiliser une partie du contenu de ce site à des fins personnelles de consultation, sous réserve que cette extraction et/ou réutilisation ne porte pas sur une partie, appréciée qualitativement ou quantitativement, substantielle du contenu de ce site. En outre, est également interdite l’extraction et/ou la réutilisation répétée du contenu, même non substantiel, de ce site.

Toute reproduction totale ou partielle du site à des fins autres est expressément prohibée par les articles L. 342-1 et L. 342-2 du Code de la propriété intellectuelle. Est également interdite la communication au public de tout ou partie du contenu du site, sous quelque forme et à destination de quelque public que ce soit.

En particulier, l’utilisation à des fins commerciales du contenu de ce site est expressément interdite.

Responsabilité

L'ensemble des informations accessibles via ce site sont fournies en l'état. ENERGY OBSERVER SAS ne donne aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation de ces informations.

L'utilisateur est seul responsable de l'utilisation de telles informations.

ENERGY OBSERVER se réserve le droit de modifier à tout moment les présentes notamment en actualisant le site www.energy-observer.org.

ENERGY OBSERVER SAS ne pourra être responsable pour quel que dommage que ce soit tant direct qu'indirect, résultant d'une information contenue sur ce site.

L'utilisateur s'engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s'engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l'ordre public ou diffamatoires.

ENERGY OBSERVER SAS met tout en œuvre pour offrir aux utilisateurs des informations et/ou des outils disponibles et vérifiés, mais ne saurait être tenue pour responsable des erreurs, d’une absence de disponibilité des informations et/ou de la présence de virus sur son site www.energy-observer.org.

Les sites extérieurs à ENERGY OBSERVER ayant un lien hypertexte avec le présent site ne sont pas sous contrôle de ENERGY OBSERVER qui décline par conséquent toute responsabilité quant à leur contenu. L'utilisateur est seul responsable de leur utilisation.

Lien hypertexte

La création de liens hypertexte vers le site www.energy-observer.org est soumise à l'accord préalable de ENERGY OBSERVER SAS. Pour toute demande, vous pouvez vous diriger vers les contacts donnés sur le site.

Messagerie

Pour toute remarque sur le fonctionnement du site www.energy-observer.org, vous pouvez envoyer un message à .

Important

Les messages que vous nous ferez parvenir par l'intermédiaire d'Internet peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie.

Crédits

Fermer

Crédits

Crédit Photographies

© copyright photothèque Energy Observer -
Photos : Patrick AVAVIAN, Leah BALL, Jérémy BIDON, Kadeg BOUCHER, Pierrick CONTIN, Amadea KOSTRZEWA

Crédit Film de présentation

Image : Jeremie ELOY, Romain FROGÉ /Wanaii Films, Jean Charles GRANJON/Bonne Pioche, Julien VOIGT, Guillaume LE CORRE
Images 3D : Kadeg BOUCHER et Quentin CHICHE
Montage : Delphine COHEN
Direction artistique et graphisme : Cokau lab
Identité visuelle : Studio Be-Poles
Musique : Demusmaker
Mixage son : Rodolphe GERVAIS/Studio du faune
Réalisation : Jérôme DELAFOSSE

Crédit Web

Réalisation du site : DOUNY

Crédit Identité visuelle

Identité visuelle : Studio Be-Poles

Menu

Contact

Partenaires

  • AccorHotels
  • Thélem Assurances
  • Transport by Delanchy