Energy Observer à la découverte des yachts du futur

Les bilans énergétiques et environnementaux des yachts sont catastrophiques. Mais la roue tourne. En s’appuyant sur le confort, notion déterminante de la grande plaisance, des évolutions sont en marche pour des navires plus propres. 

Un peu plus de 52 000 yachts de grande plaisance sillonnent la planète. Le terme grande plaisance, « Super Yachts » en anglais, rassemble les navires de grand luxe de plus de 24 mètres utilisés à titre privé ou commercial. Une flotte qui représente, en émission de particules fines, l’équivalent d’environ 520 000 000 voitures, soit près de la moitié de la flotte automobile mondiale.

/

Autre constat : le propriétaire de yacht est grégaire. Que ce soit en Méditerranée en été ou dans l’arc antillais l’hiver, les yachts se concentrent sur des spots bien identifiés comme Saint-Tropez, Monaco, Porto Cervo, Palma, Ibiza, Mykonos, Saint-Barth ou les îles Vierges.

« L’été à Saint-Tropez, tous les bateaux arrivent et partent en même temps, constate Jérémie Lagarrigue, directeur de l’innovation pour la société Enata Industries, et membre fondateur de la fondation Hydros. Ils produisent une pollution énorme. En venant du large, on ne peut pas rater le nuage qui flotte au-dessus du golfe de Saint-Tropez. On pourrait penser que ce sont les voitures des vacanciers qui en sont l’origine. Mais, ce n’est pas vrai. Les trois-quarts des voitures sont aujourd’hui équipées de pots catalytiques. »

« Le confort est le moteur de la grande plaisance »

Et paradoxalement, cette technologie de filtration des gaz d’échappement n’a toujours pas fait son apparition dans la grande plaisance.

Mais la roue tourne. Un nombre important d’armateurs annonce être prêt à investir dans les innovations liées aux nouvelles énergies. Un virage a été pris depuis environ 18 mois. Lié sans doute à l’augmentation du prix des hydrocarbures.

« L’univers de la grande plaisance est un monde très sensible au confort, poursuit Jérémie Lagarrigue. Jusqu’à présent, ces propriétaires n’avaient pas vraiment conscience que le bien-être pouvait aussi passer par l’innovation et par le confort environnemental. Le message a évolué. Maintenant, on entend : Si cela n’occasionne pas trop de changement et même si cela coûte un peu plus cher, je suis prêt à investir dans le « green ». »

Cela se traduit concrètement par des refits (Ndlr : réfection) de bateaux qui intègrent des technologies à dimensions environnementales. Depuis peu, les réticences sont moins nombreuses pour entamer des chantiers qui bloquent le bateau à quai.  Des travaux qui permettent de réaliser des économies de carburant, tout en améliorant l’image. « Je ne saurais pas dire d’où cela vient, mais c’est une réalité », poursuit le spécialiste.

Des systèmes de propulsions hybrides font leurs apparitions, toujours motivées par le confort. « Concrètement, cela se traduit par de l’hybride parallèle, essentiellement pour les propulseurs électriques à pods, confirme le directeur de l’innovation d’Enata Industries. Ces innovations enlèvent des vibrations, dégagent de la place pour le rangement. »

C’est d’ailleurs le confort qui sera le levier de cette transition technologique et énergétique. « Les clients sont maintenant clairement demandeurs de générateurs à hydrogène pour fournir l’électricité du bord. Même si le prix est beaucoup plus important, ils vont le faire parce que les plus grosses nuisances sur ces bateaux sont le bruit et les odeurs de gasoil. En revanche le solaire n’a pas pris car un bateau est avant tout un achat émotionnel et aujourd’hui on a encore du mal à faire un panneau solaire esthétique. »

Optimisation des carènes et nouveaux appendices

Mais, dans un futur très proche, les générateurs à hydrogène devraient aussi trouver leur place pour la propulsion. Associés à des carènes qui évoluent et à de nouveaux appendices comme les foils qui ont déjà fait leur apparition. « Nous restons toujours dans une idée d’amélioration du confort, mais les efforts sont aussi réalisés pour diminuer les consommations de carburant. Le foil est une des solutions, avec en plus une sacrée plus valu d’image lorsque vous êtes à la barre d’un bateau qui vole, d’autant que sur un bateau de 10 mètres, on a le confort d’un bateau archimédien de plus de 20 mètres. »

Mais il ne faut pas rêver, un bateau de 40 mètres avec tout le confort à bord, n’est pas encore prêt de voler. En revanche la « solution foil » soulagera les carènes et améliorera le confort à la mer.

Des solutions de production d’énergie propre sont aussi en développement, comme les volants à inertie, que l’on retrouve dans certaines de nos montres. Des réflexions sont en cours pour capitaliser les mouvements des bateaux et les transformer en énergie.

Et on réfléchit déjà au futur du futur. Des dossiers élaborés durant la guerre froide ressortent. Des ekranoplans, mélange d’avion et de bateau, utilisant les effets de sol, sont en projets…

Quelques chiffres clés

– Un paquebot de 345 mètres, d’une puissance de 157 000 ch, représente l’équivalent d’1 000 000 de voiture en émission de microparticules.

– Un ferry de 180 mètres, d’une puissance de 60 000 ch, représente l’équivalent de 400 000 voitures en émission de microparticules.

– Un yacht de 40 mètres, d’une puissance de 1 500 ch, représente l’équivalent de 10 000 voitures en émission de microparticules.

 

Newsletter

Fermer

Inscription à la Newsletter



* Champ obligatoire

Mentions légales

Fermer

Mentions légales

Conditions d'utilisation du site internet energy-observer.com

Vous êtes actuellement connecté au site internet de Energy Observer SAS.
L'utilisateur en ayant accès à ce site s'engage à se conformer aux présente conditions d'utilisation.

Informations éditeur :

Ce site est édité par :
ENERGY OBSERVER
Société par Actions Simplifiée au capital social de 800 000 euros,
Immatriculée au Registre des Sociétés de Saint-Malo sous le N° 812 988 020 RCS Saint-Malo,
Siège social: 40, rue de la Natière - 35400 Saint-Malo - France.
N° de Siren: 812 988 020

Direction de la communication corporate de ENERGY OBSERVER

6 bis, avenue Louis Martin
35400 Saint-Malo
France

Responsable de la publication : Victorien Erussard

Informations hébergeur :

Ce site est hébergé par :
GABOWEB
Société à Responsabilité Limitée au capital social de 10 000 euros
Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Pontoise sous le N° B 502 435 563,
Siège social : 209 Parc des copistes, 20 Avenue Berthe Morisot – 95220 Herblay France.

Droits d'auteur / Copyright

Conformément à la Loi « Informatique et Libertés » modifiée n° 78-17 du 6 janvier 1978, les informations vous concernant sont destinées à la société ENERGY OBSERVER, responsable du traitement. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courriel à l'adresse électronique suivante : . En cas de rectification, une copie des informations telles que rectifiées sera communiquée à l'intéressé par voie électronique ou par courier

La présentation et chacun des éléments, y compris le nom de domaine, les marques, logos, enseignes, dessins, illustrations, photographies, textes, graphiques et autres fichiers apparaissant sur le présent site www.energy-observer.org, sont protégés par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle, et appartiennent à ENERGY OBSERVER SAS ou font l'objet d'une autorisation d'utilisation.

Aucun élément composant le site www.energy-observer.org ne peut être copié, reproduit, modifié, réédité, chargé, dénaturé, transmis ou distribué de quelque manière que ce soit, sous quelque support que ce soit, de façon partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite et préalable de ENERGY OBSERVER SAS à l'exception d'une stricte utilisation pour usage personnel, privé et non-commercial, sans modification des éléments présents sur le site www.energy-observer.org.

La mention suivante doit notamment apparaître sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu du site: "©Copyright ENERGY OBSERVER. Les photographies figurant sur le site www.energy-observer.org ne sont pas contractuelles."

Droits de ENERGY OBSERVER en sa qualité de producteur de bases de données

Tout, prospect ou partenaire dispose d’un droit personnel, non exclusif, incessible et intransmissible de consultation des informations contenues sur le site www.energy-observer.org pour ses propres besoins.

Il est autorisé à extraire et/ou réutiliser une partie du contenu de ce site à des fins personnelles de consultation, sous réserve que cette extraction et/ou réutilisation ne porte pas sur une partie, appréciée qualitativement ou quantitativement, substantielle du contenu de ce site. En outre, est également interdite l’extraction et/ou la réutilisation répétée du contenu, même non substantiel, de ce site.

Toute reproduction totale ou partielle du site à des fins autres est expressément prohibée par les articles L. 342-1 et L. 342-2 du Code de la propriété intellectuelle. Est également interdite la communication au public de tout ou partie du contenu du site, sous quelque forme et à destination de quelque public que ce soit.

En particulier, l’utilisation à des fins commerciales du contenu de ce site est expressément interdite.

Responsabilité

L'ensemble des informations accessibles via ce site sont fournies en l'état. ENERGY OBSERVER SAS ne donne aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation de ces informations.

L'utilisateur est seul responsable de l'utilisation de telles informations.

ENERGY OBSERVER se réserve le droit de modifier à tout moment les présentes notamment en actualisant le site www.energy-observer.org.

ENERGY OBSERVER SAS ne pourra être responsable pour quel que dommage que ce soit tant direct qu'indirect, résultant d'une information contenue sur ce site.

L'utilisateur s'engage à ne transmettre sur ce site aucune information pouvant entraîner une responsabilité civile ou pénale et s'engage à ce titre à ne pas divulguer via ce site des informations illégales, contraires à l'ordre public ou diffamatoires.

ENERGY OBSERVER SAS met tout en œuvre pour offrir aux utilisateurs des informations et/ou des outils disponibles et vérifiés, mais ne saurait être tenue pour responsable des erreurs, d’une absence de disponibilité des informations et/ou de la présence de virus sur son site www.energy-observer.org.

Les sites extérieurs à ENERGY OBSERVER ayant un lien hypertexte avec le présent site ne sont pas sous contrôle de ENERGY OBSERVER qui décline par conséquent toute responsabilité quant à leur contenu. L'utilisateur est seul responsable de leur utilisation.

Lien hypertexte

La création de liens hypertexte vers le site www.energy-observer.org est soumise à l'accord préalable de ENERGY OBSERVER SAS. Pour toute demande, vous pouvez vous diriger vers les contacts donnés sur le site.

Messagerie

Pour toute remarque sur le fonctionnement du site www.energy-observer.org, vous pouvez envoyer un message à .

Important

Les messages que vous nous ferez parvenir par l'intermédiaire d'Internet peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie.

Crédits

Fermer

Crédits

Crédit Photographies

© copyright photothèque Energy Observer -
Photos : Patrick AVAVIAN, Leah BALL, Jérémy BIDON, Kadeg BOUCHER, Pierrick CONTIN, Amadea KOSTRZEWA

Crédit Film de présentation

Image : Jeremie ELOY, Romain FROGÉ /Wanaii Films, Jean Charles GRANJON/Bonne Pioche, Julien VOIGT, Guillaume LE CORRE
Images 3D : Kadeg BOUCHER et Quentin CHICHE
Montage : Delphine COHEN
Direction artistique et graphisme : Cokau lab
Identité visuelle : Studio Be-Poles
Musique : Demusmaker
Mixage son : Rodolphe GERVAIS/Studio du faune
Réalisation : Jérôme DELAFOSSE

Crédit Web

Réalisation du site : DOUNY

Crédit Identité visuelle

Identité visuelle : Studio Be-Poles

Menu

Contact

Partenaires

  • AccorHotels
  • Thélem Assurances
  • Transport by Delanchy
  • Engie